Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

Popcorn – PasPopcorn : Chroniques-minute

25/02/2017 Inauguration aujourd’hui (25 février 2017) de ma nouvelle rubrique des chroniques-minute ! C’est presque comme la cocotte mais avec une critique de film.

- Darkest minds : De la science-fiction comme je n’ai pas l’habitude d’en voir ! Une belle réalisation, et de très beaux effets. 3.5/5.

- Roulez jeunesse : Une comédie légère, avec quelques dialogues rigolos, avec toutefois une petite réflexion sur la drogue. 2/5.

- Parvana, une enfance afghane : de beaux dessins et un sujet très fort et malheureusement toujours d’actualité (la place des femmes dans la société afghane). 2,5/5

- Mamma mia: Here we go again : une disparition pas très comprise dès le début, de nombreux flashback, des voix magnifiques et des numéros à couper le souffle ! 4,5/5

- Ma reum : Ce n’est pas le film de l’année mais le sujet du harcèlement scolaire est ici très bien traité,  et Audrey Lamy est parfaite dans ce rôle de maman attentionnée et dynamique. 3/5

- Paranoïa : Oppressant, bien joué, un peu cliché à certains moments. 3/5.

- Love, Simon : Quand l’homosexualité se cache pour finalement être dévoilée à son insu… De belles scènes émouvantes ou drôles. Chapeau bas pour un Nick Robinson craquant et très émouvant. 4/5.

- Budapest : Comédie française pour laquelle il faut être bon public. Manu Payet toujours dans un rôle de macho trentenaire, mais toujours bon dans ce rôle là. 2.5/5.

- Les affamés : Un sujet très intéressant (la révolte de jeunes adultes sans travail) mais ce film est porté principalement par Louane Emera, qui n’excelle pas autant en comédie qu’en musique… 3/5.

- Sans un bruit : Film d’horreur, bande-son très travaillée et très réussie ! Mais malheureusement beaucoup de clichés au fur et à mesure que le film se déroule. 3/5.

- Demi-soeurs : Comédie française très agréable, et bien jouée. Rien d’exceptionnel mais l’on passe un bon moment. 3.5/5

- Le book club : Quand 50 nuances de grey s’invite dans un club de livres de 4 septuagénaires…. Comédie bien jouée qui donne des réflexions sur la vie. Chapeau bas pour Meryl Streep . 3.5/5.

- Gueule d’ange : Un film très poignant qui ne laisse pas indifférent autant par les plans (souvent très rapprochés) que les personnages. Gros coup de cœur pour Ayline Aksoy-Etaix en petite fille complètement délaissée et perdue, Marion Cotillard en mère complètement débauchée. 4/5.

- Abdel et la comtesse : Une comédie bien ficelée avec beaucoup (trop) de clichés. 2/5.

- Taxi 5 : Malgré l’absence des mythiques Daniel et Emilien, c’est une version très moderne d’un Taxi que l’on a connu il y a 20 ans. 3.5/5.

- Larguées : Une comédie bien ficelée, quelques éclats de rire, et une Camille Cottin déchaînée comme dans beaucoup de ses personnages ! 3/5.

- Monsieur je-sais-tout : Une belle comédie/drame orientée sur l’autisme mais sans drama. Un film qui fait du bien ! 4.5/5.

- Game night : Le monde du jeu et la fine frontière qui peut le séparer du réel. 4/5.

- Love addict : Comédie agréable plutôt bien jouée mais loin d’être exceptionnelle. 3/5.

- L’Île aux chiens : Difficile d’entrer dans l’histoire, et ressortie complètement mitigée… Une belle réalisation mais pas une compréhension claire de ce que veut faire passer le réalisateur. 2.5/5.- Three Billboards : Les panneaux de la vengeance : Superbe film. Mention très spéciale pour Frances McDormand dans le rôle d’une mère prête à tout (ou presque) pour comprendre la mort de sa fille. Quelques longueurs mais une très belle réalisation qui nous transporte dans l’Amérique profonde sur des nuances de souffrance, de colère et de sensibilité. 4/5.

- Tout le monde debout :  Un homme se fait passer pour un handicapé et cela l’embarque dans une histoire d’amour à laquelle il ne se serait pas attendu. Belle performance d’Alexandra Lamy, mais beaucoup de clichés. 3.5/5

- La fête est finie : Deux performances incroyables avec une mention spéciale pour Clémence Boisnard. Deux jeunes femmes se rencontrent dans un centre de désintoxication et une relation très fusionnelle s’installe entre elles… pour le meilleur et pour le pire. 4/5.

- Mme Mills, une voisine si parfaite : Une histoire d’arnaque, une certaine forme d’amour, un soupçon de Mrs Doubtfire et un beau duo d’acteurs (Sophie Marceau et Pierre Richard) ! 3.5/5.

- La ch’tite famille : Une espèce de remake de Bienvenue chez les ch’tis, plutôt bien ficelé. Loin d’être le film de l’année, il y a quand-même un agréable bouquet de bons acteurs. 3/5.

- I, Tonya : Une histoire d’injustice qui a fait parler de la patineuse artistique Tonya Harding dans le monde entier. Un coup de chapeau pour Margot Robbie pour sa prestation éblouissante dans le rôle principal. Malgré quelques longueurs, c’est un film d’une très belle réalisation. 4/5

- The Greatest Showman : Une comédie musicale trèd « cheesy », malgré de très bons numéros musicaux. Chapeau bas à Hugh Jackman. 3/5.

- Ami-ami : Sympathique comédie romantique, loin d’être le film de l’année. 2/5.

- In the fade : Superbe film dramatique, jouée merveilleusement et avec une histoire très bien ficelée. Mention spéciale pour Diane Krüger. 4.5/5.

- La monnaie de leur pièce : Réflexion insinuée sur notre rapport à l’argent. Coup de coeur pour Baptiste Lecaplain. 3.5/5.

- Downsizing : Une histoire qui fait réfléchir sur le besoin des humains de se rapetisser pour gagner de la place sur Terre. 2/5.

- Insidious : Un film « d’horreur » bien ficelé. 3/5.

- Coco : Histoire touchante sur la famille. Beaucoup d’émotions. 4/5.

- C’est tout pour moi : Jolie histoire sur la volonté de vivre ses rêves, quoi qu’il arrive. En partie autobiographique.  Gros coup de coeur pour la réalisatrice et actrice principale Nawell Madani. 3.5/5.

- Momo : Film rempli de clichés qui n’a pas vraiment d’intérêt. 1/5.

- Garde alternée : Comédie agréable à regarder avec une Valérie Bonneton hystérique comme je l’aime. 4/5.

- Pitch Perfect 3 : Trop peu de scènes musicales à mon goût par rapport aux deux précédents opus, mais encore de très beaux arrangements vocaux, beaucoup d’émotions, du rire aux larmes, et un gros coup de coeur pour Rebel Wilson. 4/5.

- Santa et compagnie : Un très grand second degré, avec une multitude de références aux films des Nuls, notamment La cité de la peur. Mention spéciale pour Alain Chabat, Père NOël verdit, barbu mais pas barbant. 3/5.

- Le brio : Une très belle réflexion sur la pensée et le maniement de la langue française. Grand coup de coeur pour Camelia Jordana. 4/5.

- Happy Birthdead : Une situation assez originale. Nous suivons le personnage de Tree, étudiante a priori comme les autres, s’attachant à chaque émotion qu’elle peut avoir. 3.5/5.

- Maryline : L’histoire d’une actrice qui ne parvient pas à s’imposer dans le dur monde du cinéma. Belle découverte avec l’actrice principale Adeline d’Hermy. 4/5.

- Jalouse : Pas vraiment de nouveauté sur le sujet de la relation mère/fille, malgré un très bon jeu de Karin Viard. 2/5.

- Epouse moi mon pote : Un film sur un sujet peu vu au cinéma (le concept du mariage blanc), une très belle performance des deux acteurs principaux avec une mention pour Philippe Lacheau. Quelques passages rigolos malgré quelques clichés glissés par ci-par là. 3.5/5.

- Au revoir là-haut : Très beau film, avec d’excellents acteurs (mention spéciale pour Nahuel Perez Biscayart qui magnifie le film par son rôle muet) et une très belle mise en scène. 4.5/5.

- Le sens de la fête : Une comédie très juste, allant parfois dans le cliché, mais qui fait finalement réfléchir sur son propre quotidien. De très bonnes performances d’acteurs, de Jean-Pierre Bacri à Suzanne Clément en passant par Jean-Paul Rouve. 4/5.

- Un beau soleil intérieur : Beaucoup de longueurs, une histoire décousue, malgré un beau jeu de Juliette Binoche. 1/5.

- Kiss & cry :  Une réalisation très originale, une très bonne performance d’acteurs (avec un coup de coeur pour l’actrice principale Sarah Bramms. 3/5.

- Mon garçon : L’histoire d’un enfant qui disparaît lors d’une classe verte. Guillaume Canet est très convaincant dans le rôle d’un père prêt à tout pour retrouver son fils. En revanche, Mélanie Laurent n’est pas très convaincante dans son rôle de mère à bout de nerfs. Petite déception sur le dénouement pas très explicit. Mais une bonne partie du film où j’ai été très bien tenue en haleine. 3,5/5.

- L’un dans l’autre : Un sujet de plus en plus vu au cinéma mais pas très bien traité ici. Malgré deux bonnes performances d’acteurs (Stéphane de Groodt et Louise Bourgoin), le scénario ne m’a pas convaincue et je me suis plutôt ennuyée durant une bonne partie du film. 2/5.

- Le petit Spirou : Je ne suis pas très friande des films inspirés de BD, mais cette comédie est plutôt bien jouée (encore une fois, un coup de cœur pour François Damiens dans le rôle d’un professeur de spot pas très futé en français). 2.5/5.

- Bigfoot Junior : Une belle BO signée Puggy, une jolie histoire, et quelques personnages attachants. Pas exceptionnel mais sympathique. 3/5.

- Les grands esprits : Une très belle réalisation sur les conflits entre professeurs et élèves dans un collège en banlieue parisienne. Un coup de coeur pour la prestation de Denis Podalydès. 3.5/5.

- Ôtez-moi d’un doute : Une bonne surprise par rapport à ce que j’en attendais. Le duo François Damiens-Cécile De France est ici très émouvant et mis en valeur. 3.5/5.

- Mary : L’histoire d’une fillette de 7 ans surdouée en mathématiques. Des personnages très touchants, une belle histoire, et une très belle réalisation. Des rires, des larmes. Beaucoup d’émotions. 4.5/5.

- Seven sisters : Une interprétation bluffante de Noomi Rapace, un scénario bien monté et le tout dans un futur proche que l’on pourrait bien vivre sur notre planète. 4.5/5.

- 7 jours pas plus : Un sujet assez d’actualité (l’arrivée de migrants en France), une très belle interprétation de Benoit Poelvoorde, des scènes vraiment touchantes. 4/5.

- 120 battements par minute : Début des années ’90. Le virus du Sida est découvert depuis une dizaine d’années, l’association Act up milite pour avoir accès à des soins, et se faire entendre par les médias et laboratoires pharmaceutiques. Pas de pathos, des plans saisissants, et un sujet peu vu au cinéma. 4/5.

- Annabelle 2 : La création du mal : Pour aller voir ce film, je vous conseille d’avoir le cœur et les nerfs bien accrochés. :) Ce n’est pas « rédhibitoire » si vous n’avez pas vu le premier opus, Annabelle. Ce film comporte de bons effets effrayants et de très bonnes performances d’acteurs (avec une mention à Talitha Bateman (personnage de Janice). 3/5.

- Crash test Aglaé : Une comédie ? Un drame ? On ne sait pas trop. C’est ce qui fait la force de ce film qui fait réfléchir sur la vie. Des situations inattendues, un très bon jeu d’acteurs, et un long voyage de la France vers l’Inde. Je recommande vivement ! 4/5.

- The circle : Une très bonne performance d’Emma Watson et Karen Gillan, mais un scénario et une réalisation malheureusement pas très réussis à mon goût. 2/5.

- Song to song : Je pense qu’il faut apprécier les films de Terrence Malick pour apprivoiser ce petit dernier. Pour ma part, c’est le premier que j’ai vu de ce réalisateur, et je trouve que ce film n’a pas assez de « barrière » pour que le puisse l’apprécier à sa juste valeur. 2.5/5.

-Moi, moche et méchant : Une très bonne doublure, des Minions toujours aussi drôles, et toujours autant d’émotions devant la petite Agnès. 2.5/5.

-Spider-Man : Homecoming : Beaucoup de références aux autres films Marvel (que je n’ai en grande partie pas vus, donc références pas forcément comprises), et une bonne interprétation de Spider-Man par l’acteur Tom Holland. 2.5/5.

-Baywatch, Alerte à Malibu : Des cascades non crédibles, des références sexuelles un peu lourdes, un Zac Efron fait uniquement de muscles (il est loin Troy Bolton…), des filles parfaites en bikini,… En prenant ce film au dixième degré : 2.5/5.

-Mon poussin : Malgré beaucoup de clichés et quelques longueurs, les interprétations sont plutôt bonnes. Une comédie à regarder chez soi. 3/5. -Cherchez la femme : Un sujet malheureusement peu traité au cinéma en France : l’islamisme radical. De très bons acteurs (le trio principal comme ceux qui gravitent autour), avec une mention spéciale à Félix Moati qui interprète son personnage avec brillance. Même si ce n’est pas vraiment une comédie, vous rirez et serez touché(e) par ces personnages auxquels on s’attache (plus ou moins) facilement. 4.5/5.

- Les ex : Malgré peu de surprises dans le scénario, Les ex est une bonne comédie, très bien jouée, devant laquelle on n’a pas besoin de se prendre la tête. Film-choral qui nous présente un prêtre qui recroise son ex, un futur marié qui homme qui cache son homosexualité à sa future femme, ou encore un avocat qui essaye de reprendre goût à la vie, mention spéciale néanmoins pour Baptiste Lecaplain, en chauffeur VTC célibataire et attachant. 4/5.

- Ce qui nous lie : Malgré quelques longueurs, il y a de très beaux plans, de beaux sujets traités (la famille, le temps qui passe, les non-dits, -le vin-) et de belles performances d’acteurs. 3/5

- Wonder Woman : Attention, critique (très) subjective. Beaucoup de clichés, certaines scènes qui tournent presque au ridicule, des décors pas toujours réalistes, malgré un bon jeu d’acteurs et quelques passages rigolos. 2/5.

- Braquage à l’ancienne : Loin d’être le film de l’année, mais un très bon trio d’acteurs, et un bon scénario. 2.5/5.

- Les figures de l’ombre : Une histoire vraie, contant un morceau de vie de trois femmes noires qui travaillent à la NASA. De belles interprétations (incluant la présence des – blancs – Kristen Dunst et Kevin Costner), malgré quelques longueurs. 2.5/5.

- Les gardiens de la galaxie 2 : De bons effets spéciaux, beaucoup d’émotions (des rires comme des larmes), un gros coup de coeurcoeurcoeur pour Groot, et l’envie de regarder le premier opus. 3/5.

- Sous le même toit : Un sujet pas très original (un couple qui se sépare, mais vit sous le même toit), mais une belle performance de Louise Bourgoin et Gilles Lelouche (avec une apparition de Marie-Anne Chazel, Dominique Farrugia, Lionel Abelanski,…). 2/5.

- La belle et la bête : Malgré quelques longueurs et des incohérences dans certaines scènes, La belle et la bête est un film magnifique, avec des costumes fabuleux, des effets de synthèse très réussis (la bête et les objets vivants sont d’une incroyable réalité), une Emma Watson, sous le charme dont laquelle il est difficile de ne pas tomber, des chansons modernisées et bien rythmées. A voir quel que soit votre âge. 3.5/5.

- Split : Une performance stupéfiante de James McAvoy qui interprète une vingtaine d’identités, 2h et des brouettes passées quasiment uniquement dans un sous-sol, un scénario plutôt bien monté, quelques montées d’adrénaline. Je recommande vivement ! 4.5/5.

- L’embarras du choix : Un scénario plutôt bien monté, de bons acteurs, un sujet bien traité, et les copains de danse écossaise de la RSCDS  dans une scène (!). 3.5/5.

- Lion : Un parcours à travers une partie de l’Inde et de l’Australie, une prestation époustouflante du très jeune acteur incarnant Saroo, pas de pathos ni de longueurs, beaucoup d’émotions tout au long du film. Magnifique ! 4.5/5.

- Logan : Un film un peu long, un peu difficile à comprendre si l’on n’a pas vu les précédents X-Men. Mais une belle image, une bonne mise en scène, des personnages attachants. 2.5/5

- La confession : Malgré quelques longueurs, de très bons jeux d’acteurs (notamment Romain Duris que l’on a plus l’habitude de voir dans des comédies, ici dans un rôle de prêtre), une histoire bien ficelée et une belle réflexion sur la religion. 3.5/5.

- Si j’étais un homme : Malgré de bons acteurs, un film sans vraiment de réflexion profonde. Un peu vide. 2/5.

- Twentieth Century Women : Un jeune homme, dont la mère n’arrive pas à assumer l’éducation, apprend la vie avec deux autres jeunes femmes, chacune blessée de différentes manières par la vie. A une époque où le SIDA et le chômage émergent, le jeune Jamie tente de se faire considérer comme une personne à part entière et non plus comme un enfant, et découvre le monde à sa façon. 4/5.

- Moonlight : Beaucoup, beaucoup, trop de longueurs. Et un sujet pas si traité en profondeur que ça. Une bonne déception. 1.5/5.

- Seuls : J’ai pris une grosse claque ! De l’émotion, un peu d’angoisse, un dénouement inimaginable. Je conseille vivement ! 5/5.

5 août, 2018 à 13 h 09 min | Commentaires (0) | Permalien


Scorpions au POPB, Paris

Résultat de recherche d'images pour "scorpions paris"

 

- Deux heures de concert

- Des improvisations monstrueuses à la guitare

- Une impro de 10 minutes à la batterie à couper le souffle

- Une voix qui n’a pas changé depuis les enregistrements des débuts du groupe

- Une pêche d’enfer pour tous ces cinquentenaires/soixentenaires/septuagénaires

- Des moments émotions quand Klause Meine chante A Capella avec le public

9 juillet, 2018 à 10 h 05 min | Commentaires (0) | Permalien


Shakira au POPB, Paris

Résultat de recherche d'images pour "shakira eldorado tour paris"

 

- Plus de deux heures de show

- De belles créations de lumières

- Une chanteuse qui chante et danse pendant quasiment tout le concert et qui a le sourire aux lèvres pendant tout ce même temps

- Les nouveautés, et les anciens tubes !

 

9 juillet, 2018 à 10 h 02 min | Commentaires (0) | Permalien


The Lion King

Résultat de recherche d'images pour "the lion king london"

 

- 2h45 de spectacle

- pas une seconde d’ennui

- des décors somptueux (plateaux qui se lèvent, herbe humaine…)

- des performances physiques et vocales magnifiques (coup de cœur pour les jeunes Simba et Nala)

- une mise en espace et mise en scène de très haut niveau (un éléphant qui passe dans les allées, des poissons volants au dessus du public…)

- une immersion totale dans la savane africaine

- beaucoup d’émotions de la première à la dernière scène

Et comme disent Timon et Pumba : Hakuna matata !

12 juin, 2018 à 11 h 49 min | Commentaires (0) | Permalien


Les gens heureux lisent et boivent du café (Agnès Martin-Lugand

les gens

« Les gens heureux lisent et boivent du café » est le nom du café littéraire que tient Diane, Colin son mari et Félix, un ami du couple. Quand Colin et Clara (leur fille) décèdent dans un accident de voiture, Diane ne se sent pas la force de reprendre son café. Elle décide alors de partir à Mulranny, en Irlande, un pays où Colin avait toujours voulu l’emmener.

J’ai beaucoup apprécié ce roman qui se lit très rapidement, très facilement. Il exprime parfois des sentiments fort.

Sans parler de la description parfois cliché mais tellement vraie des paysages de falaises, de l’accueil et la chaleur humaine irlandaise, et sa météo si changeante.

Le personnage d’Edward est à mon goût beaucoup trop près du personnage Edward Cullen (Twillight).

Comme « Tu comprendras quand tu seras grande » de Virginie Grimaldi, cette histoire m’a donné envie de tout quitter, pas pour le pays Basque mais cette fois-ci pour habiter dans un Cottage irlandais.

Je vous le recommande vivement :)

5 juin, 2018 à 11 h 30 min | Commentaires (0) | Permalien


12345...14