Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

Singing in the Rain

Au Grand Palais, Paris, le 2 décembre 2017.

Résultat de recherche d'images pour "singin'in the rain grand palais"

La salle :

Des sièges trop étroits

Trop peu de différence de hauteur entre chaque rang

Un son trop réverbérant

Le spectacle :

La plupart des scènes très fidèle au film

D’excellents comédiens-chanteurs-danseurs de claquettes

Des costumes et décors somptueux

Un final époustouflant

L’envie de monter sur scène et danser sous la pluie avec eux

5 décembre, 2017 à 17 h 23 min | Commentaires (0) | Permalien


Duels à Davidéjonatown

316

 

PLUS :

Des décors plutôt réussis

Beaucoup de loufoque

Une bonne mise en scène

MOINS :

Des personnages plus ou moins approfondis

Il faut s’attendre à beaucoup de blagues « en dessous de la ceinture »

6 novembre, 2017 à 11 h 41 min | Commentaires (0) | Permalien


La folle histoire du Petit Chaperon Rouge

affiche

Une jeune fille très « ado d’aujourd’hui »,

Une grand-mère qui zouk,

Un loup-garou qui effraye avec succès,

Un bûcheron qui n’a peur de rien (ou presque),

Deux oiseaux-multi-instrumentistes qui donnent de belles couleurs à l’histoire.

Une chouette interactivité avec le public.

1h30 de spectacle.

Beaucoup de « Libérééée, délivrééée ».

Tout plein de références pour les jeunes enfants et aussi les grands enfants.

6 novembre, 2017 à 11 h 39 min | Commentaires (0) | Permalien


Jésus, de Nazareth à Jérusalem

jesus

 

Ce spectacle est considéré comme une fresque musicale. Je ne sais pas trop ce que les créateurs entendent par « fresque », mais ce n’est effectivement pas un spectacle comme les autres. Ma critique ne sera pas longue :
Les voix chantées sont très bonnes (mention spéciale pour Anne Sila, Crys Nammour et Mike Massy). Néanmoins, je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire. La trame est trop décousue pour moi, avec trop de « blancs » entre chaque scène. Même si ça se fait de plus en plus, l’absence de musiciens « live » sur scène m’a un peu déçue.
Mais j’invite ceux qui vont y aller à se faire leur propre opinion (et la partager en commentaire si vous voulez.)

6 novembre, 2017 à 11 h 38 min | Commentaires (0) | Permalien


Aldebert à la Cigale, Paris

 

pochette-albumr4-rvb

 

Aldebert parle de vampires, de Super-mamies, de pouvoirs magiques. Et dans la tête de beaucoup d’individus, depuis quelques années, il est catalogué comment chanteur pour enfants. Je n’aime pas trop mettre des gens dans les cases… Mais c’est un peu comme le Henri Dès moderne, le chanteur qui explique la vie aux enfants d’une façon un peu naïve.

Seulement, les textes de Guillaume Aldebert ne sont pas du tout naïfs et ils regorgent d’expressions poétiques. Par exemple, dans la chanson « La vie c’est quoi ? », il explique des concepts de vie comme la musique, le compliment, l’enthousiasme, ou encore la poésie. Je ne cite qu’un titre car on pourrait dire du bien de toutes ces mélodies et tous ces textes qui parlent aussi bien aux enfants petits par la taille, qu’aux enfants grands par la taille (mais toujours un peu insouciants et naïfs au fond d’eux).

Hier, j’ai assisté à mon quatrième concert d’Aldebert., et c’était de loin le meilleur. Il n’y avait pas de feux d’artifices géants, de décors démesurés ni de lumières sensationnelles. Juste quelques jeux de fumée bien placés, un décor merveilleusement construit, et de délicates lumières qui enrobaient ou se déposaient sur les cinq musiciens. Cette fois-ci, contrairement aux trois précédentes, pas d’invités physiques mais un écran illuminant des silhouettes et créant une connexion directe avec le chanteur. Et le public, majoritairement bambin, était si enthousiaste et fusionnel avec les artistes présents sur la scène que l’on a même eu droit à un rappel absolument pas prévu, après cinq bonnes minutes d’applaudissements !

Guillaume, Christophe, Jean-Cyril, Hubert et Cédric sur scène, ce sont donc cinq musiciens très talentueux, deux heures de spectacle avec une énergie folle, deux heures de sourire et d’émotions, une superbe musicalité, et l’envie de retourner les voir, encore.

Que vous ayez 6, 10, 20, 50 ou 80 ans, allez-y, ne serait-ce que pour faire des croche-pattes à Pythagore, parfumer des sons ou tout simplement remplir votre armoire à souvenirs.

3 novembre, 2017 à 12 h 14 min | Commentaires (0) | Permalien


12345...12