Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

The Cure à Bercy

téléchargement

 

Un groupe anglais mythique. Une salle de concert mythique. Et paf ! Ca donne The Cure à Bercy (oui oui, Bercy. Et pas AccorHotelArena. Parce que c’est une soirée new wave).

Nous entrons dans la salle par les balcons. Prodigieux ! Cette salle, récemment refaite, à laquelle j’associe tellement de bons spectacles (d’Indochine aux Enfoirés en passant par Mozart l’Opéra Rock).
Dernier rang, pile en face de la scène. Les gradins sont remplis aux trois cinquième. La fosse à moitié.
La première partie réalise un chouette set, mais le public est assez froid et ne réagit que très peu aux sollicitations d’applaudissements et d’ambiance. (petite) déception !

Un entracte s’impose, l’heure pour nous d’aller acheter un petit rafraîchissement (les nouveaux bars sont tout beaux tout neufs).

Et quelques trente minutes plus tard, noir complet dans la salle. Frissons ! Le groupe entre en scène, simplement, sans superflu. Des cris et applaudissement enthousiastes résonnent dans l’arène. Mais devant nous, et dans les gradins en général, le public reste (trop) sagement assis. Et ce sera le cas jusqu’au 2è rappel.
Du haut, la fosse ressemble à une fourmilière, ou un champ de champignons, c’est beau, et impressionnant.
Quelques raretés et des gros tubes (de Boys don’t cry à Lullaby). Entre les chansons, quelques « Merci » et « Thank you » par ci par là, rien de plus. La sobriété est le maître-mot du soir et ça fait du bien ! Lors du troisième rappel, « Close to me » fait remuer un peu les corps, dans la fosse comme dans les gradins.
Je suis impressionnée par la qualité du son et des lumières. C’est une belle production ! Après 3h de set, les musiciens sortent de scène simplement, encore sans superflu.

Bilan : une chouette découverte, et l’envie d’écouter The Cure encore pendant des jours et des jours.

17 novembre, 2016 à 15 h 10 min


Laisser un commentaire