Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

42nd Street

42nd Street dans Chroniques de spectacle vivant

 

Considéré par certains comme le Temple de la comédie musicale, le théâtre du Châtelet est ce soir plein à craquer. En effet, en ce moment se joue la comédie musicale « 42nd Street » tout droit importée de Broadway.

Comme dans toute comédie musicale à l’américaine qui se respecte, le spectacle démarre par une introduction à l’orchestre (présent en chair et en os dans la fosse).

Le lever de rideau s’arrête au niveau de la taille des artistes, pendant quelques secondes, pour ne laisser entrevoir que leurs jambes, qui font des claquettes à l’unisson. On comprend ensuite que l’on est directement plongé dans une audition pour la création d’une comédie musicale.

Une histoire un peu simpliste, mais des numéros vraiment époustouflants, des costumes parfois loufoques et une chorégraphie portée par un ensemble comme on en voit rarement.
Les claquettes sont prédominantes dans ce spectacle qui mêle danse, chant, comédie et pianiste sur la scène ! Les numéros s’enchaînent assez rapidement, ne laissant pas le temps au spectateur de retenir les mélodies. Les performances lyriques et de danse sont d’ailleurs assez bluffantes.
Pendant le final, j’ai envie de claquer des doigts, et me retrouver sur la scène avec les artistes, glissée dans une robe des années 30, des chaussures de claquettes au pied, et une place dans l’ensemble qui m’attend.

Je ressors du théâtre des étoiles dans les yeux, et l’envie d’y retourner…

15 décembre, 2016 à 16 h 49 min


Laisser un commentaire