Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

Soirée Rejoice

1485778751982

Les soirées Rejoice, je ne connaissais que via leur site… Et je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre. L’accueil est parfait, et après avoir suivi quelques fléchages, nous voici dans l’auditorium de la SACEM. Une scène, surmontée de deux grandes enceintes à droite et à gauche, et un écran. En attendant le début de la soirée, des citations défilent sur l’écran, parmi lesquelles :

« On devrait toujours être légèrement improbable » – Oscar Wilde

« If you’re not doing something different, you’re not doing anything » – Sam Philips

Vers 19:35, résonne une partie d’ »Oxygene » de Jean-Michel Jarre. Puis Guillaume Huret, l’organisateur et animateur de la soirée entre en scène. Il nous explique le principe de la soirée, qui peut se résumer comme étant « deux heures de pause dans un monde toujours plus pressé ». Assis confortablement, nous voilà partis pour 2 heures d’écoute de musique, connues ou pas, associées à de petites anecdotes. Cat’s eyes, Liza Minelli, Muse, Bernstein, Lou Tavano, Kadhja Bonet… J’apprends plein de petites choses sur les musiques diffusées. Par exemple, saviez-vous que pour sa chanson « Waiting for that day », George Michael a repris l’accompagnement guitare d’une chanson des Rolling Stones et le sample d’une chanson de James Brown ? Saviez-vous que la musique de « Drones » de Muse est la musique du Benedictus d’une messe de Palestrina ? Saviez-vous que la musique Misirlou (que l’on entend notamment dans les films Pulp Fiction et Taxi) vient d’une chanson d’origine grecque datant du début du XXè siècle ? Plusieurs séquences, apparemment cultes des soirées Rejoice, sont une belle expérience à vivre. Le quizz permet à trois personnes du public de repartir avec un cd/vinyle/livre, les séquences jazz et classique nous font découvrir de jeunes artistes de jazz, et le fait qu’il n’y a pas de « musique classique » ou « musique moderne ». Il y a juste de la musique. La séquence Dans le noir se termine par l’ouverture des rideaux à notre gauche… qui nous offre une vue imprenable sur les tours de la Défense, dans la nuit.

La soirée se termine sur une musique des Daft Punk, et c’est reparti pour notre train de vie personnel, après deux belles heures de musique. Vivement la prochaine !

1 février, 2017 à 10 h 32 min


Laisser un commentaire