Des compte-rendus très subjectifs, par Naere Luna.

Rencontres Hip Hop

battle hip hop

Rencontre de Hip Hop au Théâtre Jean Vilar de Suresnes – 29/01/2016

 

Le hip-hop, je ne connaissais que ce que j’en avais vu, dans la rue, derrière le centre Pompidou, ou encore devant l’opéra de Paris.

Ca se passe aujourd’hui dans un théâtre qui promeut la danse contemporaine. La salle est pleine. Il y a des jeunes, des adultes, toutes les classes sociales sont mélangées.

Le spectacle se passe en deux parties : Le Pokemon Crew (équipe lyonnaise), suivie de Morning of Owl (équipe coréenne).

Les danseurs incluent dans leurs performances des toupies sur la tête (veuillez pardonner mon absence de vocabulaire…), des mouvements en ralentis, ou encore des jeux d’ombres, le tout sur différentes musiques électroniques.

Les coréens sont particulièrement synchronisés : entre eux, comme par rapport à la musique.

Pas de rappel, mais de longs moments d’applaudissements, puis il est temps de retrouver sa vie et rentrer chez soi.

Si vous avez l’occasion d’aller voir du hip hop professionnel, courez-y ! Ca vaut vraiment le détour !

Merci Sabina de m’avoir proposé cette soirée franco-coréenne.

Naere Luna.

31 janvier, 2016 à 11 h 43 min | Commentaires (0) | Permalien


La légende du roi Arthur

roi-arthur-jpg-1574716

La légende du Roi Arthur au Palais des Congrès de Paris – 08/01/2016

Certains vont voir un spectacle une fois, parce que ça leur suffit, et qu’ils préfèrent utiliser leur argent et leur temps pour d’autres loisirs.
Me concernant, je fais partie d’une autre « catégorie » de personnes, celle qui est passionnée par le spectacle vivant, et qui peut aller voir le même spectacle 2, 5, 10 voire 20 fois. La légende du Roi Arthur, je le voyais hier pour la troisième fois. Et j’ai eu autant de frissons, de surprise, de sursauts, que la première fois.

Certains diront que les comédies musicales à la française, c’est mauvais, et que les américains font beaucoup mieux. Il est difficile de faire la part des choses, mais ces deux types de spectacles ont des qualités et des défauts.

Dans La légende du Roi Arthur, certes, tout n’est à mon goût pas parfait : il y a trop de coupure entre chaque scène, les chansons s’enchaînent parfois un peu trop rapidement, et l’interprète Zaho, ici en fée Morgane, prend un peu trop de place en tant que chanteuse, plutôt qu’un personnage parmi d’autres.

Mais ce que j’aime, dans cette comédie musicale française, c’est la puissance des voix – par exemple Fabien Incardona, pour ne citer que lui, avec son ambitus assez démesuré -, les décors somptueux, des danseurs ultra-énergiques ou poétiques – notamment « le loup» qui réalise des figures éblouissantes avec son comparse « le cerf », entre beaucoup d’autres aspects.

Mention spéciale pour David Alexis, qui avait incarné le professeur Ambrosius dans la version française du Bal des vampires quelques mois auparavant, et qui interprète ici un Merlin majestueux et attachant.

Sur ce spectacle, mon gros coup de cœur va à la mise en scène, les décors époustouflants et les chorégraphies saisissantes.

La représentation d’hier, captée pour un DVD se termine avec un public debout, et toute la troupe réunie sur scène pour une dernière chanson. Je discute ensuite rapidement avec un technicien à la console, puis rejoins la sortie des artistes pour féliciter certains d’entre eux et « selfier » avec d’autres, puis il est temps de retrouver sa vie et rentrer chez soi.

Ce spectacle jouera pour quelques dernières représentations la semaine prochaine, avant de se déplacer dans toute la France.

Naere Luna.

9 janvier, 2016 à 11 h 19 min | Commentaires (0) | Permalien


En immersion

en immersion

Projection en avant-première de la série En immersion au Cinéma des cinéastes – 05/01/2016

 

Ma dernière découverte culturelle est télévisuelle, et ne date pas de plus longtemps qu’hier. Il s’agit d’une mini-série de 3 épisodes, qui va passer ce jeudi 7 janvier sur Arte, à 20h50.

Ca s’appelle En immersion, et je vais devoir me limiter dans mes propos pour ne pas vous dévoiler quoi que ce soit de l’histoire…

La projection se fait au Cinéma des cinéastes, un petit cinéma placé avenue de Clichy. L’entrée se fait sur invitation, le nom de ma +1, qui m’a permis d’être là, est donné, et nous voilà dans la salle de cinéma.

Quelques minutes d’attente, puis l’équipe du film arrive dans la salle, accueillie par de chaleureux applaudissements.

Le réalisateur, Philippe Haïm, explique son expérience sur cette série en quelques phrases, les invités regagnent leurs places, et c’est parti.

La série débute en noir et blanc (et le restera jusqu’à la fin) par les images d’un homme, montant dans un escalier, tremblant et essoufflé. Voilà qui nous plonge directement dans une ambiance particulière.

[...]

Les trois épisodes, de 45 minutes chacun, s’enchaînent, nous laissant échapper des petits rires, des sursauts même parfois des petites frayeurs.

Le générique de fin du troisième épisode est accompagné d’applaudissement généreux et bien mérités. La séance est suivie d’un buffet, puis il est temps de retrouver sa vie et rentrer chez soi.

Merci Emilie de m’avoir permis d’assister à cette projection !

Naere Luna.

6 janvier, 2016 à 20 h 32 min | Commentaires (0) | Permalien


Et c’est reparti !

plumrd

 

En ce début d’année 2016, à la suite du blog – http://my-paradize.cowblog.fr/ –, ma plume électronique reprend du service !

Et je vous y présenterai des découvertes que je trouve intéressantes, et ayant à mon sens le mérite d’être partagées.

6 janvier, 2016 à 20 h 30 min | Commentaires (0) | Permalien


1...1011121314